Qu'est-ce que le vin d'automne ?

En ce début du mois de novembre, quand le froid commence à bien s’installer, quoi de plus naturel que de consommer des vins d’automne ? Au risque d’enfoncer une porte ouverte, ce qu’on appelle les vins d’automne n’a rien à voir avec la période de la récolte (ce ne sont pas des vendanges tardives), mais bien avec la saison à laquelle on les consomme, quand la température ambiante baisse. A l’instar du rosé estival, bien installé dans notre culture, on va ainsi parler de rouge automnal. Voici quelques exemples de vins parfaits pour la saison – essentiellement des rouges, mais pas seulement ! 

Des couleurs dorées et orangées dans les arbres, du rouge dans les verres : l’automne est maintenant bien installée. Les vins frais et légers qui se trémoussent au bord des piscines sont entrés en hibernation, laissant place à des bouteilles plus corsées, à des cépages ayant plus de corps, de complexité et de caractère. Mais comme l’automne reste une période de transition entre grande chaleur et grand froid, cela permet de servir une large palettes de vins, et de toutes les couleurs – même si les rouges ont notre préférence en cette saison.

On conseillera donc de déboucher des rouges légers et jeunes comme le Beaujolais ou le Touraine primeur, mais aussi des bouteilles de pinot noir, de syrah ou de grenache, cépages plus ou moins légers mais suffisamment riches : ils font partie des options idéales pour cette époque charnière entre été et hiver – l’hiver où l’on préférera les rouges qui ont du corps, tels le cabernet sauvignon ou le tannat sud-américain.

Languedoc-Roussillon, région idéale pour les vins d'automne

Et comme pour trouver les derniers rayons de chaleur, il faut se tourner vers le sud, nous vous recommandons les rouges des régions méditerranéennes : le tempranillo espagnol, le barbera italien, connu comme le « vin du peuple », et bien sûr les vins du sud de la France, où le grenache déjà mentionné s’épanouit dans toute sa splendeur : Côtes de Provence, Languedoc-Roussillon, Terrasses du Larzac… 

L’assemblage grenache-syrah-mourvèdre, emblématique de ces régions, a l’équilibre idéal que l’on recherche dans un vin d’automne.

Evidemment, on peut apprécier les blancs tout au long de l’année. Mais pas n’importe lesquels : un pinot gris aux arômes naturellement riches et complexes, un sémillon bien corsé, ou encore un vin blanc de la vallée du Rhône (avec ses cépages emblématiques que sont le viognier, la roussanne et la marsanne) s’adapteront mieux aux températures saisonnières qu’un sauvignon blanc, généralement trop sec et estival. Pour l’automne, on peut aussi préférer les vins blancs vieillis en fût de chêne, comme certains chenins blancs ou chardonnays, qui acquièrent de la structure au contact du bois.

Grenache : un bon choix en rouge comme en rosé.

Et les rosés ? C’est comme pour les blancs : mieux vaut réserver le petit rosé de Provence bien frais pour la saison estivale, et préférer les vins plus corsés du piémont italien, ou encore d’Australie. Là encore, le grenache dans sa version rosée, telle qu’elle est produite en Languedoc-Roussillon, fera parfaitement l’affaire.

Mais bien sûr, tout cela est une affaire de goûts personnels : si vous voulez ouvrir un sauvignon blanc bien frais au coin du feu, personne n’y trouvera à redire – sauf les grincheux !

La plupart de nos vins de l’AOC Terrasses du Larzac sont une excellente option pour la saison automnale. Pour plus d’informations, nous vous invitons à vous rendre sur notre site Internet, où vous trouverez la description et le prix des vins. Nous effectuons la livraison à domicile.

7/11/2020

Thomas Poussard

Thomas Poussard est un écrivain baroudeur et touche-à-tout. Tombé dans le bain de la viticulture depuis son plus jeune âge (il est né d’une famille de bouilleurs de cru à Cognac), journaliste de formation, il a travaillé plusieurs années au groupe Sud-Ouest à Bordeaux, avant de s’expatrier au Chili en 2006. Après avoir travaillé un temps comme curateur d’informations économiques et financières, il s’est reconverti en guide touristique, a fondé une agence de voyages et s’est spécialisé dans le tourisme viti-vinicole.

Auteur d’un livre sous forme de guide pratique, « Vivre le Chili », paru en 2016 chez Hikari Editions, Thomas a également rédigé des chroniques pour la radio, des nouvelles, une biographie, et même des sketches. Il prépare actuellement une application dédiée au tourisme viti-vinicole au Chili.